CONTEXTE 

La Loi concernant la lutte contre la corruption énonce les obligations du Commissaire en matière de communication au public. 
L’Unité permanente anticorruption (UPAC) reconnaît le droit du public à l’information honnête et transparente sur ses activités. 
La communication permet notamment au Commissaire à la lutte contre la corruption (Commissaire) d’assurer son rôle de prévention et d’éducation en matière de lutte contre la corruption auprès des citoyens, des entreprises et des détenteurs de charge publique. 


OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 

•    Assurer la gestion efficace des relations de presse et un suivi rapide auprès des médias. 
•    Favoriser la cohérence et la justesse des messages. 

PRINCIPES DIRECTEURS 

Seul le commissaire peut autoriser un membre de l’UPAC à agir comme porte-parole. 
Toutes les demandes médiatiques doivent être adressées à l’unité responsable des affaires publiques et des communications, par téléphone au 514 228-3098 poste 12345 ou par courriel à l’adresse media@upac.gouv.qc.ca. 
Toute demande sera traitée avec célérité. 
Seuls les porte-paroles désignés sont habilités à répondre aux demandes des médias. 
La diffusion des communiqués de presse se fait par le biais du réseau CNW, le fil de presse gouvernemental et du site Internet de l’UPAC. 

TRANSMISSION DE L’INFORMATION

L’information diffusée aux médias se fait dans le souci : 

•    de protéger l’anonymat des personnes qui ont effectué les dénonciations  
•    de respecter le déroulement d’une procédure en cours devant une personne ou un organisme exerçant des fonctions juridictionnelles; 
•    de ne pas entraver une enquête à venir, en cours ou sujette à réouverture; 
•    de conserver la confidentialité d’une méthode d’enquête, d’une source confidentielle d’information, d’un programme ou d’un plan d’action destiné à prévenir, détecter ou réprimer le crime ou les infractions aux lois; 
•    d’assurer la sécurité de toute personne;  
•    d’éviter de causer un préjudice à une personne qui est l’auteur du renseignement ou qui en est l’objet; 
•    de garder secrètes les composantes d’un système de communication (par exemple, un système d’écoute électronique) destiné à l’usage d’une personne responsable de l’observation de la loi; 
•    de conserver le caractère confidentiel de renseignements transmis par un corps de police ayant compétence hors du Québec; 
•    de préserver le droit d’une personne à une audition impartiale de sa cause.
 

Dernière mise à jour : 2020-04-22

 Partager    Imprimer
Logo gouvernement du Québec
Politique de confidentialité | Accès à l'information | Politique linguistique | Accessibilité
© Gouvernement du Québec